Antivirus : Avast intègre enfin l’analyse comportementale d’AVG

Afin d’améliorer ses antivirus grâce à l’analyse comportementale, le groupe Avast a racheté AVG en juillet 2016 (1,3 milliard de dollars). Malheureusement, il a fallu attendre plus d’un an pour voir le projet se concrétiser.

Avast a placé l’analyse comportementale de AVG au cœur de ses nouvelles solutions

Un an après avoir racheté AVG, Avast a enfin intégré la technologie d’analyse comportementale à Avast Business Antivirus.

Cette solution antivirus est donc l’une des plus performantes sur le marché car elle permet non seulement d’analyser et bloquer les documents, mails et sites web malveillants.

Mais elle s’intéresse également aux habitudes des utilisateurs afin de détecter des problèmes éventuels (toutes les habitudes suspectes observées permettront d’alimenter les bases de données utilisées pour détecter et bloquer les attaques).

Qu’elle soit intégrée à Avast Business Antivirus Pro ou à Avast Business Antivirus, l’analyse comportementale permettra donc de donner un véritable coup de boost aux ventes du groupe.

Selon certains spécialistes, cette stratégie pourrait conduire à une disparition des produits AVG (ce que Avast a fermement démenti).

Avast sécurise plus de 350 millions de terminaux

Bien que Avast ait racheté AVG afin d’utiliser l’analyse comportementale pour améliorer ses solutions de sécurité, le groupe a également augmenté de manière considérable sa base de données de clients.

Aujourd’hui, plus de 350 millions de terminaux sont protégés par des antivirus Avast ou AVG.

Par ailleurs, Avast a aussi renforcé les capacités de détection et d’analyse des cybermenaces de son outil CyberCapture, et ce grâce à sa technique de croissance externe.

Plus grand est le nombre de terminaux sur lesquels l’outil CyberCapture s’appuie, plus grand est le nombre de virus qu’il détecte.

Ainsi, un antivirus offre une meilleure protection lorsque la qualité de la veille est optimale (en effet, l’antivirus est en mesure de détecter et bloquer rapidement les potentielles menaces).

Donnez votre avis

  • (will not be published)

* Champs obligatoires